En poursuivant votre navigation sur lespetitsruisseaux.ccfd-terresolidaire.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Pêche qui peut !

Aidez nous à finaliser le jeu de 7 familles sur la nature et la mer "Pêche qui peut!". Nous avons réuni une partie du budget, mais il nous manque 5000 euros pour fabriquer le jeu !

Et si la collecte dépasse les 5000 euros? Nous pourrons commencer à matérialiser un 2ème jeu : OCEAMPATHIE sur le thème de la mer et du changement climatique ! Un immense merci à vous!

 

De quoi s'agit-il ?

 

"Pêche qui peut !" est un jeu de 7 familles pour plonger dans l'univers de la pêche et de l'aquaculture. Qu'est-ce que l'aquaculture? C'est la production animale ou végétale en milieu aquatique... plus communément appelée poisson d'élévage.

 

Qui sommes-nous ?

 

Nous venons des quatre coins de Bretagne et Pays de Loire.

Nous sommes retraités, salariés, tous engagés avec le CCFD-Terre Solidaire.

Enseignants dans l'âme ou passionnés par les questions d'éducation à la citoyenneté.

Marins dans l'âme ou sensibles aux questions liés à la pêche et à la mer.

Et tous motivés par la solidarité internationale !

 

Pourquoi ce projet ?

 

A l’origine, il y a le Vendée Globe ! Et l’envie de profiter de ce formidable moment de rencontre autour de la voile pour aborder la mer autrement !

Puis il y a eu des questions au sein du CCFD-Terre Solidaire Bretagne Pays de Loire.

Et si on allait à la découverte de la réalité maritime de notre région ?

Et si on croisait notre regard avec celui des partenaires des pays du Sud (Mauritanie, Philippines, Sénégal,etc) qui agissent dans le domaine de la pêche ?

Et si on passait à l'action ? Par exemple, on pourrait aller à la rencontre des jeunes, des enfants… pour faire connaitre et sensibiliser dans les écoles ...?

C’est ainsi que s'est construit notre groupe régional du CCFD-Terre Solidaire : un noyau de personnes motivées pour créer des jeux et des outils d’animation sur la thématique de la mer et de la pêche !

 

A quoi va servir le jeu "Pêche qui peut !" ?

 

Ce jeu a été pensé pour découvrir la pêche et l'aquaculture dans toute leur diversité.

Il s'adresse aux enfants à partir de 6 ans. Mais il est possible d'y jouer à tout âge !

Vous découvrirez la pêche par les familles : "poissons", "pêcheurs", "engins de pêche", "bateaux de pêche", "transformation et conservation du poisson". Et l'aquaculture par la famille "aquaculture" qui présente plusieurs productions et par la famille "produits aquacoles" correspondant aux produits pêchés.

Nous avons élaboré des animations qui peuvent prolonger le jeu de 7 familles. Ces animations permettent de découvrir des problématiques liées à la pêche (surpêche, inégalité entre les méthodes de pêche dans les pays industrialisés et pays en voie de développement, etc). Celles-ci seront disponibles en version téléchargeable imprimable.

"Pêche qui peut !" est facilement utilisable en milieu scolaire. Il peut également être utilisé par les animateurs nature, ceux qui font de l'éducation au développement durable, dans les associations, etc.

Et bien sûr, c'est un jeu idéal pour jouer en famille !

 

Notre budget

 

Pour la réalisation du jeu, nous avons besoin de 7700 euros.
Nous avons réussi à réunir 2700 euros pour la réalisation des illustrations.

Il nous manque 5000 euros pour la conception graphique du jeu, la conception de la boite, l'impression et l'assemblage.


Avec votre soutien, le jeu "pêche qui peut ! "sera disponible à partir de septembre 2016.

Il sera mis en vente et disponible au CCFD Bretagne Pays de Loire, à Nantes.

Le produit de la vente servira à soutenir les projets de nos partenaires dans les pays du Sud.

Si la collecte dépasse les 5000 euros, nous pourrons commencé à matérialiser un 2ème jeu !

Océampathie est un jeu de rôles pour aborder le changement climatique et ses impacts sur les océans. Quels sont les enjeux? Quelles sont les impacts sur les activités humaines et les populations? Qui sont les responsables? Qui sont les victimes?

Et dans un 2ème temps, ce jeu permet d'appréhender quelles sont les actions concrètes réalisables au quotidien et sur lesquelles on peut s'engager.

Ce jeu s'adresse à un public lycéen et adulte.

Pour créer les premiers supports, (travail de graphiste de création d'illustrations, de conception d'un support de chaque type), nous avons besoin de 2000 euros.

Un IMMENSE MERCI pour votre soutien et votre confiance !

Nous agissons ici ... ils agissent là bas !

 

En mars 2016, nous avons rencontré Vérida HABIB, qui agit dans le domaine de la pêche au sein de l'association Mauritanie 2000.

 

 

Ce qui nous motive ...

Contact

 

Venez visiter notre blog

Rendez-vous sur notre page Facebook pour suivre toutes les actualités de notre région

Le référent du jeu : Philippe Marchand

24/06/2016

Philippe DHALLUIN

30 €

23/06/2016

Daniel FISCHER

40 €

23/06/2016

Adeline Le Morzadec

30 €

23/06/2016

henri dhalluin

30 €

23/06/2016

Anne LAINE

150 €

22/06/2016

Violaine Fauchille

30 €

21/06/2016

Marie Comyn

50 €

21/06/2016

RAPHAEL BUI

15 €

21/06/2016

Christine chevalier

30 €

21/06/2016

Jean Pierre BRELIVET

70 €

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    21/06/2016

    Tadam'; ... la boîte !!

     

    Vous étiez impatients de savoir à quoi allait ressembler Pêche qui peut! ? Nous aussi !!

    Voici, en avant première, une petite idée de la boite finale du jeu !

    Ca sent vraiment la fin ...

    D'ici 3 jours, l'ensemble du jeu partira à l'impression !

     

    Et la collecte ?

    J-5 et nous frôlons les 4600 euros ! ... Il manque 400 euros pour atteindre notre objectif.

    L'argent supplémentaire servira aussi la bonne cause ! Il sera utilisé pour démarrer la fabrication d'Océampathie !

     

    Vous êtes emballés par notre projet? Faites le savoir ! Parlez en autour de vous !

    C'est grâce à vous que nous atteindrons notre objectif !

    Vous avez déjà notre plus grande reconnaissance !

    Pour le groupe mer, Marie do

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    16/06/2016

    J-10 : dernière ligne droite !

    En cadeau : l'illustration finale du casier !

    Les nouvelles de Pêche qui peut ?

    L'équipe a peaufiné les textes qui vous donneront toutes les infos sur la pêche et l'aquaculture. Et c'est maintenant Stéphanie Yverneau, la graphiste qui boucle les cartes. Elle finalise également la boite en ce moment. Ça sent bon la dernière ligne droite !

    Coté collecte, on est à J-10 ... et il manque 800 euros ! On se rapproche très très près du but !

    Vous avez été exceptionnels !.... SI vous en avez l'envie, continuez à donner un coup de pouce au projet en transmettant l'info, en causant autour de vous de Pêche qui peut!, en donnant une somme même petite !

    Et si jamais nous dépassons les 5000 euros, l'argent servira à finaliser le jeu Océampathie sur la mer et le climat. Un super défi !

    Un formidable merci à vous !

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    14/06/2016

    Mortalité des huitres et des moules : qui est responsable?

    Les 9 et 10 juin derniers ont eu lieu les assises de la mer aux Sables d'Olonne.

    Un des sujets abordés : la mortalité des huitres et des moules.

    Voici la chronique de Nathalie Fontrel de France Inter du 9 juin sur ce sujet :

    "Je suis un paysan de la mer. C’est ce que m’a dit hier Jean François Périgné mytiliculteur à l’île d’Oléron. Mais contrairement aux agriculteurs il ne cultive pas : il cueille ce que l’océan lui donne. Et depuis des années, il récolte des coquillages morts.

    La mortalité des huîtres et des moules peut atteindre 100% sur certains littoraux. Une hécatombe !

    Elles semblent victimes de deux bactéries devenues pathogènes alors qu’elles vivaient en parfaite harmonie avec les coquillages depuis des décennies.

    Et pourquoi ?

    Jean François a son idée. Elle n’est pas facile à expliquer à ses amis de la Confédération Paysanne qui en majorité cultivent la terre. Mais il plaide : « La goutte d’eau qui passe dans votre ferme et dans vos champs finit sa course dans la mer. Sa qualité dépend de vos pratiques ». Et là on entend « pesticides ». Encore et encore et toujours les mêmes produits accusés. Les fleuves et les rivières sont les racines de la mer, elle s’en nourrit. Alors évidemment si on lui donne du poison à manger, elle n’est plus en bonne santé et ses habitants coquillages et poissons non plus. Il évoque aussi le réchauffement des eaux à cause du changement climatique.

    Mais que disent les scientifiques ?

    Ils ne savent pas expliquer cette mortalité. IFREMER l’institut de la mer y travaille.

    Mais en laboratoire. Pas dans le milieu naturel. Et leurs conclusions ne sont pas conclusives. Les bactéries sont elles devenues virulentes ? Les coquillages plus sensibles. Sylvie Lapegue chercheuse à IFREMER s’interroge. Et cherche avec ses équipes. Ils n’ont pas la réponse.

    IFREMER est accusé d’avoir introduit des espèces d’huîtres plus fragiles.

    Les tripoïdes. Manipulées pour ajouter un lot de chromosomes en plus que les huîtres naturelles.

    Elles sont élevées sur terre et sont stériles. Certains amateurs d’huîtres n’aiment pas quand elles sont laiteuses, prêtes à se reproduire. Celles là n’ont plus cette possibilité. Elles conviennent mieux au goût des consommateurs.

    Mais Ifremer affirme qu’elles ne sont pas à l’origine des maladies et qu’elles aussi en souffrent et en meurent."

    http://www.franceinter.fr/emission-planete-environnement-cri-d-alarme-les-huitres-et-les-moules-disparaissent

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    09/06/2016

    L'illustration finale de la SENNE ARTISANALE en bonus !

    Pêche qui peut ! est quasiment finalisé...!

    A partir des illustrations de Florence Thuillier, Stéphanie Yverneau a travaillé un code couleur et mis en valeur les illustrations.

    En avant première : voici un membre de la famille " engins de pêche" : la senne artisanale !

    Il s'agit d'un filet, formant un arc de cercle autour du banc de poisson.

    Pour connaître tous les autres engins de pêche et les autres illustrations, il faut que le jeu soit imprimé. 

    Et c'est grâce à vous qu'il le sera !

    Merci pour votre soutien, pour avoir transmis l'info autour de vous, pour avoir parlé du projet, pour avoir partagé sur facebook...

    Un formidable MERCI !

     

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    07/06/2016

    La pêche artisanale face à la pêche industrielle en Afrique de l'Ouest

    Aujourd'hui, une parole de partenaire : Moussa Mbengue, sénégalais, secrétaire exécutif de l'association ADEPA nous parle de l'importance de la pêche artisanale en Afrique de l'Ouest :

    Pour voir la vidéo, cliquer sur le lien suivant : https://vimeo.com/169670059

    Nous sommes à 77% de notre objectif !!!

    Merci de votre très grand soutien !

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    06/06/2016

    ZOOM SUR STEPHANIE YVERNEAU, GRAPHISTE

    Diplômée de l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts de Nancy en 2001, je démarre à Paris, auprès de Malte Martin et le groupe « Nous Travaillons Ensemble ». Quelques années plus tard, j’installe mon atelier graphique à Moriville, petit village au cœur des Vosges.
     
    Je suis engagée dans plusieurs associations d’éducation populaire depuis longtemps. Marquée par le groupe de graphistes Grapus qui considère le graphisme comme d’utilité publique, se situant dans la culture et non dans la publicité, j’exerce essentiellement mon métier dans le domaine culturel, associatif, institutionnel.
     
    Il est important de savoir pourquoi on veut se lancer dans un projet : quel sens il a pour nous, pour la société ? Ensuite, on peut y mettre toute sa force.
    En charge de la conception graphique des cartes du jeu de 7 familles, je suis ravie de participer à la création de cet outil d’animation ludique et accessible, qui permettra de sensibiliser au respect de la mer, de l’environnement.

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    03/06/2016

    Le stock annuel de poisson français est épuisé

    Depuis ce lundi 30 mai, les français ont consommé l’équivalent de toute leur pêche et leur aquaculture annuelle (cf Ouest France de lundi).

    Tout le reste (plus de 60% de la consommation de poissons) provient d’importation.

    Le groupe de réflexion britannique (Think thank ) New Economics Foundation tire le signal d’alarme.

    Dans les années 90, le stock annuel était épuisé en neuf mois, contre cinq aujourd’hui. Depuis 30 ans, ce jour ne cesse d’avancer.

    Selon New Economics Foundation, il y a toutefois des « raisons d’être optimistes » puisque la consommation de poissons en Europe n’a « pas augmenté autant qu’attendu depuis quelques années et certains stocks de poissons de l’Union Européenne ont cessé de s’effondrer".

    Il rappelle cependant que consommer plus de poisson serait « insoutenable et injuste ».

    Comme le rapporte Ouest France, le think thank estime toujours que «  augmenter la consommation de poisson, dans un contexte de surexploitation des stocks, est insoutenable pour l'environnement et socialement injuste. L'Union européenne bénéficie de mers hautement productives, qui ont le potentiel pour fournir, de façon stable et à long terme, des poissons, du travail et tous les bénéfices sociaux et économiques qui en découlent. Mais seulement si ses ressources halieutiques sont gérées de façon responsable. »

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    01/06/2016

    Les réponses au mini quiz Pêche qui peut !

    La farine de poisson sert à faire le pain. FAUX

    La farine de poisson est riche en protéines, ce qui la rend facile à digérer pour les mammifères  et oiseaux (Etude de la farine de poisson. Collaboration Intepêche/Ifremer).

    Elle est essentiellement utilisée dans les élevages industriels  (volailles, bœufs, porcs, lapins…). Elle est également appréciée en pisciculture.
    Elle peut servir pour la production de nourriture pour animaux de compagnie (chats, chiens).
    Elle est aussi utilisée comme composant de laits artificiels pour jeunes animaux d’élevage, dans certains compléments alimentaires, ou encore dans certains engrais (wikipédia).

    Tous les poissons peuvent être élevés en aquaculture. FAUX

    Seuls certains poissons peuvent être élevés : ceux dont on maîtrise bien le cycle de vie et qui s’adaptent aux conditions de l’élevage («Poissons d’élevage, poissons sauvages» Lionel Astruc). La sardine par exemple n’est pas un poisson d’élevage.

    Par ailleurs, certaines espèces sont difficiles à aborder en captivité : orques et baleines par exemple sont trop gros et difficiles à domestiquer, le bouquet et le homard sont eux trop cannibales et  le rouget et le barbet par exemple sont trop fragiles à manipuler (Livre de Michel Girin "les poissons d'élevage sont-ils stressés? 80 clés pour comprendre l'aquaculture").

    La qualité des poissons dépend de la technique de pêche utilisée. VRAI

    Plus la méthode de pêche est sélective, meilleure est la qualité du poisson (le pêcheur choisit l’espèce qu’il veut pêcher, ainsi que l’âge et la taille du produit pêché).

    La ligne, par exemple, est une méthode de pêche sélective. C’est une corde équipée d'un à plusieurs hameçons selon l'espèce ciblée. Elle peut être montée sur une canne à pêche ou tractée depuis un bateau, on parle alors de ligne de traîne.

    Au contraire, le chalut est un engin peu sélectif qui préserve mal la qualité du poisson (les premiers poissons capturés sont écrasés par les suivants dans le fond de la poche du chalut). Le chalut est grande poche de filet qui est traînée par un chalutier à basse vitesse (3 ou 4 nœuds). Il est maintenu ouvert par des planches (panneaux). Il est en général traîné pendant une ou plusieurs heures et capture tous les poissons qui ne peuvent s’échapper au travers des mailles du filet.

    Le capitaine est un poisson. VRAI

    Le capitaine est un gros poisson que l’on trouve en Afrique de l’Ouest (notamment en Casamance au sud du Sénégal). C’est un poisson surtout pêché en surfcasting (« sous la vague »). C’est une pêche connue par les pêcheurs en quête de sensations.

    Le surimi est un poisson du Japon. FAUX

    Le surimi est souvent appelé « bâtonnet de crabe ». C’est en réalité est un produit alimentaire réalisé à base de chair ou de pâte de poisson, appelée 擂り身 (surimi, « poisson haché ») en japonais.

    La composition typique d’un « surimi » vendu en France : Chair de poisson (30 à 40 %). Eau (30 à 40 %). Fécule de pomme de terre ou amidon de blé transformé (5 à 10 %). Blanc d'oeuf réhydraté (0 à 10 %). Huile de colza (3 à 6 %). Stabilisants : sorbitol, polyphosphates ou sucre (jusqu'à 3 %). Sel ou glutamate de sodium (0,5 à 1,5 %). Arômes naturels ou artificiels (contient crustacés, mollusques, poissons) (1 %). Paprika (colorant naturel orange) (0,1 %)

    Tous les coups de pouce sont utiles pour arriver à la fabrication de Pêche qui peut !

    MERCI !!

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    30/05/2016

    Mini Quiz sur la pêche à faire en famille !

    VRAI OU FAUX ?

    La farine de poisson sert à faire le pain.

    Tous les poissons peuvent être élevés en aquaculture.

    La qualité des poissons dépend de la technique de pêche utilisée.

    Le capitaine est un poisson.

    Le surimi est un poisson du Japon.

    Toutes les réponses sont dans le jeu de 7 familles !

    Et ici le 1er juin ;-)

    Merci de votre soutien !

     

  • CCFD - Terre Solidaire

    Créateur de la page

    26/05/2016

    Blocage de Petit navire, langoustines en abondance :la pêche s'invite dans l'actualité !

    Blocage de Petit Navire

    Il y a 3 jours, les militants de Greenpeace bloquaient l’accès au site de la conserverie Petit Navire de Douarnenez. Quelle est la demande Greenpeace avec ce blocage ? Que Petit Navire et son propriétaire Thai Union modifient leurs méthodes de pêche au thon et privilégient les plus durables comme la pêche à la canne ou à la senne sans Dispositif de Concentration de Poissons (DCP). Greenpeace veut bannir l'utilisation des DCP.

    Qu’est-ce que les DCP ? En bambou, en inox, ou en plastique, il s’agit d’un système flottant avec une traîne de 20 à 50 mètres de filets usagés accrochés en dessous pour éviter une dérivation trop rapide.

    Pour une raison indéterminée, cet objet attire naturellement de nombreuses espèces de poissons qui restent juste en dessous ou dans les abords immédiats (comme sous un abri naturel). Quand un banc important s’est formé, les pêcheurs viennent les encercler de leur senne, un filet de deux kilomètres de long et de deux cents mètres de haut, qu’ils referment ensuite comme une bourse.

    Cette méthode est destructive car elle détruit de trop nombreux poissons très jeunes, rejetés morts à l’eau. Ce qui empêche leur reproduction.

    Dans sa réponse à Greenpeace, le directeur général de Petit Navire évoque l’objectif de réduire les DCP («  Réduction à 250 le nombre de DCP sur sa flotte de bateaux de pêche, soit deux fois moins que les 550 proposé par la Commission des Thons de l’Océan Indien ». Extrait de l’article du 25 mai 2016 par ActuNautique.com )


    La langoustine en abondance sur les marchés
    En parallèle actuellement (télégramme du 24 mai 2016),  un point sur l’année exceptionnelle pour la langoustine.

    Il s’agit du résultat d’un travail de gestion de la ressource par les pêcheurs bretons depuis 10 ans. Les pêcheurs en pêche artisanale ont mis en place depuis 2004 les mesures suivantes : instauration des licences sur la pêcherie des langoustines, adoption des premiers chaluts sélectifs, instauration d'une taille minimum de la langoustine. Et cela produit ses effets.
    La prochaine étape est l'adoption d'un nouveau dispositif pour favoriser  la survie des petites langoustines remises à l'eau dans le cadre de la règlementation "zéro rejet" à venir.
     

    Quand à Pêche qui peut !, il sera bientôt là pour vous donner de nombreuses infos sur la pêche..!

    On est à 3000 euros ! Un très grand merci pour votre soutien !

Laisser un message de soutien